C. Abels-eber, Enfants placés et construction d'historicité, 2000.

. Académie-de-rennes, Plan de formation des personnels enseignants, d'éducation et d'orientation, 2010.

P. Alheit and B. Dausien, Processus de formation et apprentissage tout au long de la vie. L'orientation scolaire et professionnelle, vol.34, pp.57-83, 2005.

J. Ardoino, d.). L'altération

, L'Implication. Lyon : Voies Livres, 1992.

, L'approche multiréférentielle en formation et en sciences de l'éducation. Pratiques de formation/Analyse, pp.25-26, 1993.

, Les avatars de l'éducation : problématiques et notions en devenir, 2000.

M. Authier and P. Lévy, Les arbres de connaissances, 1999.

R. Barbier, L'approche transversale, 1997.

R. Bartes, Introduction à l'analyse structurale du récit, (coll.) L'analyse structurale du récit. Communications, n°8, 1981.

E. Bautier, Apprendre à l'école. Apprendre de l'école. Des risques de construction d'inégalité dès la maternelle. Lyon : Chroniques sociales, 2008.

E. Bautier and J. Rochex, L'expérience scolaire des nouveaux lycéens. Démocratisation ou massification, 1998.

H. Bezille, L'Autodidacte, entre pratique et représentation sociale, L'Harmattan, 2003.

D. Bloch, Ecole et démocratie. Pour remettre en route l'ascenseur économique et social, 2010.

P. Boumard, G. Lapassade, and M. Lobrot, Le mythe de l'identité. Apologie de la dissociation, 2006.

P. Bourdieu, Ce que parler veut dire, 1982.

P. Bourdieu and J. Passeron, La reproduction. Eléments d'une théorie du système d'enseignement, 1970.

J. Boutinet, Penser l'accompagnement adulte, 1996.

J. Bruner, L'éducation, l'entrée dans la culture, Pourquoi racontons-nous des histoires ? Paris : Retz.-(2005). Pourquoi nous racontons-nous des histoires? Paris : Pocket, 1996.

F. Buisson, Article Université impériale, université de France, Nouveau dictionnaire de pédagogie et d'instruction primaire, 1911.

J. Butler, LepPouvoir des mots. Politique du performatif, 1993.

Y. Careil, L'expérience des collégiens, 2007.

J. Chabanne and D. Bucheton, Parler et écrire pour penser, apprendre et se construire. L'écrit et l'oral réflexifs, 2002.

P. Champy and C. Eteve, Dictionnaire encyclopédique de l'éducation et de la formation, 2005.

B. Charlot, . -. Anthropos, E. Bautier, and J. Rochex, Du rapport au savoir, Ecole et savoir dans les banlieues et ailleurs? Paris : Bordas, 1999.

P. Coupechoux, Souffrance psychique et société: de l'individu roi à l'incarcération du sujet. Le Sujet dans la cité, Revue internationale de recherche biographique, vol.1, pp.39-58, 2010.

F. Danvers, 500 mots-clés pour l'éducation et la formation tout au long de la vie, 2003.

, L'orientation scolaire et professionnelle : un champ de recherche et de pratiques. L'Indécis, vol.40, pp.63-80, 2000.

M. De-certeau, L'invention au quotidien. 1. Arts de faire, 1990.

V. De-gaulejac, De la lutte des classes à la lutte des places, 2009.

C. De-lavergne, La posture du praticien-chercheur : un analyseur de l'évolution de la recherche qualitative. Recherches qualitatives. Hors série n°3, 2004.

E. Glissant, Poétique de la relation, Gallimard, 1990.

O. Gréard, Nouveau dictionnaire de la pédagogie et d'instruction primaire, 1911.

L. 'édition-Électronique, Consulté le 10 janvier 2014 sur le site de l'IFE

J. Grondin, Paul Ricoeur. Paris : Presses Universitaires de France, 2006.

E. Goffman, Les Cadres de l'expérience. Paris : Editions de minuit, 1991.

C. Gohier and D. Jeffrey, Enseigner et former à l'éthique, 2005.

F. Hatchuel, Savoir, apprendre, transmettre. Une approche psychanalytique du savoir, 2005.
URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00354108

. Héricord, L'éthique institutionnalisée. Qui est le maître du maître ? La Revue française du service social, vol.220, pp.209-219, 2006.

R. Hess, Pédagogues sans frontières. Ecrire l'intérité, In J. Korczac. Les Moments pédagogiques, 1998.

, L'adolescent face à la relation d'emprise scolaire : entre adaptations secondaires et arrangements ordinaires, Adolescence, vol.68, issue.2, pp.447-459, 2009.

. Durpaire, La fin de l'école. L'ère du savoir-relation, 2014.

A. Machado, Champs de Castille, précédé de Solitudes, Galeries et autres poèmes, et suivi des Poésies de la guerre, Éditions Gallimard, collection "Poésie, 1981.

P. Paillé and A. Mucchielli, L'Analyse qualitative en sciences humaines, 2008.

C. Parseval, La constitution du sujet moral chez Axel Honneth, 2002.

M. Passeggi, L'enfance à l'école : Scénarios et enjeux de la recherche avec des enfants au Brésil, L'Harmattan, pp.33-47, 2014.

V. Peillon, Lettre à tous les personnels de l'éducation, 2012.

P. Perrenoud, Qu'est ce qu'apprendre ?, Enfance et psy, vol.24, pp.9-17, 2004.

, Le Métier d'élève leur appartient. Le travail scolaire entre prescription et activité réelle de l'élève, vol.4, pp.26-30, 2005.

D. Pestre, Les techno-sciences entre économie, précaution et démocratie. Le Sujet dans la cité, Revue internationale de recherche biographique, vol.4, pp.34-44, 2013.

J. Peytard, Mikhaïl Bakhtine. Dialogisme et analyse du discours, 1995.

I. Pirone, Le récit chez les adolescents en milieu scolaire. Vers une clinique de la narrativité en éducation, Thèse de doctorat en sciences de l'éducation, sous la direction de Laurence Gavarini, 2011.

A. Prost, Education, société et politique, 1997.

J. Rancière, Le Maître ignorant, 2004.

Y. Reuter, Une Ecole Freinet. Fonctionnements et effets d'une pédagogie alternative en milieu populaire, L'Analyse du récit, 2007.

, Biographies et théories du récit, 2013.

P. Ricoeur, Le conflit des interprétations. Essais d'herméneutique. Paris : Editions du Seuil, 1969.

, Du texte et à l'action. Essais d'herméneutique II. Paris : Editions du Seuil, 1986.

, En CE1 j'avais un bon comportement en classe des bonne note, j'ai redoubler le CE1 parce que j'avais un mauvais comportement en récréation

. Le-ce2 and . Le, CM1 je me suis calmer un peu je travailler je écouter bien en classe

, En CM2 c'était le bordel j'avais beaucoup de mot dans mon agenda des convocations des avertissements, un bon souvenir avec le prof quand il jouer au foot avec nous M.l. nous avons gagner un match de volley ball

, nom du collège) j'étais un peu content de rentré au collège mes note on descendu par rapport au CM2 mon comportement bien je bavarder pas beaucoup En 5ème j'avais beaucoup de lettre de convocation des avertissements par Monsieur C. (principal adjoint) il m'ont laisser une chance de rester dans le collège et je me suis fait viré 2 jour

, En 3ème je vais aller faire un apprentissage en 3ème DP6 a C. (lycée professionnel) pour la mécano

, Ma mère a pleuré parce que j'avais beaucoup de convocation elle en avait marre donc maintenant j'ai plus envi d'avoir des ennuis et la laisser tranquille

, Je suis très bon en dictée, ma matière préféré est le sport, la matière qui va me servir pour plus tard est l'anglais et l'espagnole sa me servira de voyager partout

, Plus tard si j'arrive mieux a progresser je vais a l'université si j'arrive pas je vais aller faire garagiste dans l'armée

J. La-matière-science-physique and S. V. , G arts plastique technologie parce que pour plus tard sa me servira a rien

, Je suis né en France dans le quartier de Balzac sa fait 14 ans que j'habite a Balzac

. Ma-couleur-préféré-j', . Chabib, . Julio, . Lucas, and .. .. Van-dong-etc, mon parfum que je préfère therry muggler j'aime bien bricoler, jouer a l'ordinateur, j'aime jouer au foot avec des copain du collège

, Mon jeux préféré en sport du foot saut longueur

, Ma passion : comme sport dans un club est du hip hop a la MJC du plâteau. Je suis vraiment difficile a manger ! Je n'aime pas rester sur place

J. 'aime-bien-faire-de-la-moto and . Cross,

, J'aime bien faire des soirée

, Je suis aller a l'aquarium de St-Malo voir des requins des poissons c'était bien sa m'a interresser. 2-Récits écrits des élèves du collège A Je présente ici les récits sans effectuer de corrections

. ?-récit-de, Lina Quand je suis arrivée, à la rentrée, je ne connaissais personne. Et le début était très dur mais après, avec le temps j'ai appris à connaître mes camarades de classe

F. Ce-changement-a-Été-brutale,-je-suis-passée-d'une-École-«-normal-»-À-une-École, J'ai mis du temps avant de m'abituée a ce système car c'est deux types de fonctionnement sont très différents. Par exemple dans une école Freinet on est plus autonome, on fait des textes libres (ce que j'appréciais beaucoup), on avait des correspondants au Sénégal et en région Parisienne, on fesaient le « Quoi de neuf », des présentations de texte, diaporama ou autre, Il y avait des métiers dans la classe, par exemple des animaux (Il y avait un amster dans la classe), aide à la lecture

L. Soir, On pouvait s'inscrire à quatre ateliers différents dans la semaine, il avait par exemple ateliers perles soudées, cuisine, perle, football, dance, on pouvait faire des ateliers du soir qui été organiser par des professeurs ou des parents d'élèves

L. , on faisait la chorale elle était dirigait par Marianne et parfois elle jouait de la guitare pendant qu'on chantés. Et vers la fin de l'année, pendant la semaine des arts (une semaine ou les professeurs exposées nos dessins, peintures, on présentés nos chanson) on présentait nos chason

C. En-6-Ème, on continuait à écrire des textes en français avec Madame C. qui connaissait bien notre professeur de CM2. On continuait à avoir des correspondants

, Et en 4 ème avec notre professeur de français on écrit des textes et on fait des comptes rendu de lecture. Pour la suite, j'envisage d'aller dans un lycée général et peut-être travailler dans des bureaux ou peut être agent immobilier

, Ouria Les passages soulignés correspondent à des espaces où il y a eu du blanco. il n'y a pas de rature sur la copie

, et l'après-midi elle fesait la sieste avec tous ses camarades, sur un tapis avec la prof Marion qui venait leur joué un morceau de guitare pour les faire dormir. En primaire, c'est devenu un peu plus compliqué pour elle car en CP il faut commencer à apprendre à écrire et lire. Surtout avec Mme T. qui était sévère. En CE1-CE2 elle à commencer à correspondre avec le Sénégal jusqu'en CM2. Elle aimait bien ça ! Elle fesait des quoi de neuf le matin et des présentations l'après-midi (textes, exposès, diaporamas, En CM1-CM2 il y avait toujours les quoi de neuf et présentations

, Elle adorait les métiers. Le vendredi après-midi les CE1-CE2, CM1-CM2 avaient chorale, des chansons qu'ils chantaient à la fin de l'année, à la kermesse. Dans la classe, il y avaient des animaux : deux hamsters et un poisson, Dans la classe il y avait aussi des métiers qu'ils changeaient toutes les semaines (distributeurs de feuilles, responsables des animaux

, A la fin de l'année, il y avait la kermesse, il y avait pleins d'activités (danses, des chants, des parcours, des jeux

, Le soir après les cours, il y avait les ateliers du soir (perles soudés, théâtre, foot, danse, cuisine, perles, musique

, était bien car elle fesait encore de la Freinet (textes libres, correspondance...) puis en 5 ème et 4 ème , elle n'a plus eu Mme C. donc c'était plus difficile pour elle mais elle c'est adapter. Maintenant elle fait des résumés de livres. Plus tard j'envisage d'aller en lycée général. Pour faire des études de droit, pour faire avocate. Ici Ouria a rayé «faire »à la relecture lors de la rencontre suivante pour « devenir, Récits écrits des élèves du collège B Les éléments rayés l'ont été par Antoine. Les textes sont restitués tels qu'orthographiés

, était scolarisé à 3 ans en maternelle, après à partir de la CM2 sa était moin bien, j'avais des insulte etc..., au collège j'ai des mauvaise note, j'ai toujours des insulte

, pas les cours du collège, c'est dur, Plus tard je voudrais être photographe parce-que j'aime bien prendre des photo

?. Récit-de-camille, Je suis rentrée à 'école maternelle 2 ans. J'ai fait ma maternelle sans problèmes puis j'ai déménager une première fois. Je n'arrivais pas à arreter de bouger tout le temps donc on m'as mise dans une école Freinet, dans laquelle je me sentais mieux. Plus tard, on m'as diagnostiquer hyperactive

, Les cours commençaient à être vraiment durs et je suis passée de 16.00 de moyenne générale à 14.50. En début d'année de 4 ème , je ne faisais que des bêtises et je n'ai pas arrêter (antisèches, utilisation de telephone pendant les cours, innattentions...) et ma moyenne baisse encore car les cours ne m'interessent plus

, Anne : Alors, vous me dites, ça a mauvaise réputation. Alors, cette réputation, c'est quoi ? Essayez de m'expliquer, c'est quoi une réputation

Q. Enfin, Ben ça a donné une mauvaise image. Je sais pas. Si on compare, si .... ben avant, on compare les élèves de A et les élèves de B, y a une grosse différence. Parce que B il y est, dans un, ce sont des gens, qui sont là-bas

, Marioushe : Ouais. Lina : Y a des ZEP

, Anne : Y a des ZEP, d'accord. C'est quoi, une ZEP ? Lina : Je me souviens plus

:. Anne and . Oui, Ben y a des gens bizarres? Ben je sais pas comment expliquer! Anne : Est-ce que d'autres peuvent compléter ? Lina : Ben souvent, en fait, les gens qui pensent pas à faire des études longues, en fait. Y? puisque, c'est surtout dans les quartiers au C. (cité excentrée de la commune). À côté, en fait c'est plutôt des familles, on va dire... je sais pas comment?, on va dire en difficulté. Et par exemple en fait, souvent, des gens de leur famille souvent, en fait y z'ont déjà été incarcérés, mais pour vous, vous décrivez ça comment une ZEP du coup ? Camille : Ben, c'est en fait, c'est dans le secteur de B, y a des gens, dans les quartiers y a des gens pas clean, ouais

:. Lina and . Ouais, Et de trafics. C'est pour ça que... voilà. Marioushe : Et c'est ça qui a donné une mauvaise réputation à B

, Anne : Alors, il en reste des choses à examiner ensemble. Voilà, donc je vous avais dit que cette après-midi, je voulais partager avec vous un peu, mes analyses

, Je voudrais récapituler un peu ce qui faisait l'objet de ma recherche parce que c'est pas si évident

, Donc j'avais commencé à interviewer des élèves qui me racontaient leur parcours scolaire et à partir de ça? Alors, y avait plusieurs objectifs, ça leur permettait aussi de mieux se connaître. Parce quelques fois, on arrive dans une classe et on se connaît pas tous, quoi. Donc ils racontaient un peu leurs expériences, ils échangeaient. Bon, et puis à partir de là, j'avais vu que certains arrivaient vraiment facilement à raconter. Ils faisaient des récits, comment ils étaient rentrés à l'école, les différentes étapes, ce qui s'était passé pour eux. C'était pas un problème. Et pour d'autres c'était vraiment très difficile. C'est ce que j'ai vu au départ. Je l'ai vu mais je dis pas que c'est une explication. Je constate simplement que ceux qui ont du mal à raconter, pour diverses raisons que je connais pas, je sais pas si c'est parce qu'ils savent pas comment on raconte, moi, je voulais faire une recherche pour savoir comment les élèves arrivent à devenir sujet dans leur parcours d'orientation. C'est-à-dire que y a des élèves qui s'intéressent beaucoup à leur orientation, d'autres qui s'intéressent pas trop. Certains c'est les parents qui décident, certains ben c'est les profs qui disent : « Bon, ben tu vas aller là

J. Donc and . Me-dis,-c'est-quand-même-un-problème, Je sais pas : « quand je serai grand, je ferai ceci, je ferai cela. Dimanche prochain, je vais à tel endroit, y une fête de famille, j'imagine que ça va être comme si, comme ça ». Je pense à l'avance. Vous voyez ce que je veux dire ? On est tout le temps en train de se raconter des trucs. Donc je me dis, si ça se trouve quand on sait pas trop se raconter, on peut avoir du mal à se projeter vers l'avant. Et puis je me dis, ben comment on apprend à se raconter à l'école ? Ben dans les collèges, souvent, on travaille sur des textes littéraires, des textes qui ont été écrits par des écrivains, enfin, est-ce que y a un lien ou pas ? Est-ce que c'est important de savoir raconter ce qu'on a vécu, pas forcément à l'école, mais son vécu, pour pouvoir faire des projets ? Est-ce que si on, voilà, si ça se trouve, si on sait pas raconter quelque chose qu'on a fait, on sait pas non plus raconter ce qu'on voudrait faire

E. .. Donc, Je vous dis tout ça?, je sais pas si j'ai raison ou si j'ai pas raison, j'en suis pas là

, Aux élèves de A : Donc je vous ai d'abord vu ici les filles. D'abord au départ, ben j'ai pas vu tout le monde, j'en ai vu trois, je crois. Y avait Marioushe, toi, et toi, Lina. Ben assez vite, vous aviez l'air d'accord pour participer, quoi, ça avait pas l'air compliqué pour vous. Et puis je dirai pas que vous avez sauté au plafond, mais vous étiez pas contre, quoi, vous aviez l'air de trouver le projet plutôt, vous étiez plutôt en accord, quoi? Et puis après, j'ai revu les deux autres personnes et pareil, vous aviez pas l'air d'être opposées et vous avez participé. Voilà, même si Marie : Ben déjà je vais faire ça, Je tire le fil au fur et à mesure pour essayer de comprendre des choses. C'est ce qui m'a amenée vers vous en fait. Donc euh

. Anne-:-on-sentait-déjà-quand-je-t'ai-vue-la-première-fois, . Amélie, and C. Antoine, Que ça faisait pas quinze ans que c'était en réflexion. Toi, Camille, c'était : « je vais essayer de faire des études de langues, je sais pas trop comment et peut-être travailler dans le tourisme

, Même si on sent que tu as une certaine confiance en toi, c'était un peu : je vais m'adapter, on verra

J. Donc and . Vous-en-parle, « Ben voilà, j'ai rencontré les autres élèves, ça fonctionne pas pareil, etc, et quand je vous ai demandé si vous aviez des explications là-dessus, des idées, la réponse, que toi Camille tu m'as donnée, c'est « c'est à cause du collège où on est, Camille approuve de la tête

J. Donc and . Vous-livre-un-peu-dans-le-désordre, les éléments d'analyse que j'ai aujourd'hui. Donc, ce que je constate en tout cas c'est que vous cinq, dans cet établissement, vous avez été bien dans l'école Freinet, vous étiez plutôt contents d'y être. Vous êtes plutôt contentes d'être dans ce collège

, Après si ça se trouve, ça tient pas la route, j'ai pas été regarder vos résultats scolaires. J'en sais rien. Mais vous en tout cas, quand vous vous exprimez, vous vous exprimez avec un air d'une certaine assurance

, On n'entend pas forcément que c'est un souci non plus mais ça n'a pas l'air trop lié à l'école en fait, ce que vous voulez faire plus tard, sauf pour Camille? Alors, je me dis : « Est-ce que l'explication de Camille, la différence de collège, elle a du sens pour tous ou pas » ? À partir de ça, j'ai commencé à réfléchir, je regarde, pour Marie et Amélie en tout cas, non à priori, Aux élèves de B. Et vous, quand vous vous exprimez, ça s'entend pas ça, que c'est pas un gros souci pour vous

. Freinet, sur certains types d'apprentissages vous aviez plus de difficultés? Or on peut être en SEGPA et être très heureux d'être en SEGPA. Être heureux d'aller à l'école. Et toi