From one quake to another: Adoption in the face of earthquakes. A qualitative study of the representations of French parents who, in 2010, adopted a child born in Haiti - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue La psychiatrie de l'enfant Année : 2019

From one quake to another: Adoption in the face of earthquakes. A qualitative study of the representations of French parents who, in 2010, adopted a child born in Haiti

D’un tremblement à l’autre, l’adoption au risque du séisme. Étude qualitative des représentations des parents français ayant adopté en 2010 un enfant né en Haïti

, , , , (1, 2, 3)
1
2
3

Résumé

On January 12, 2010, a terrible earthquake destroyed Port-au-Prince, affecting 3.5 million people. Following the event, French parents trying to adopt children born in Haiti were faced with a major crisis. After activism by parents’ collectives, the French government decided in late January to transfer children for whom adoption decisions had been made. The adoptive parents met their children for the first time at the Orly and Charles de Gaulle airports in Paris, before an audience of journalists and politicians. Six years later, we use a phenomenological qualitative approach to explore the representations that the adoptive parents constructed around their first meetings with their children, and we offer recommendations for future natural catastrophes. To our knowledge, no equivalent work on this topic exists. In line with international legislation, adoption cannot be an emergency response. It is crucial to prepare the child and the adoptive parent(s) if additional trauma is to be avoided. The adoptions carried out in the wake of the earthquake push us to think in a more nuanced way about the difficulties adoptive parents face, and therefore about questions of filiation as a whole.
Le 12 janvier 2010, un terrible séisme détruit Port-au-Prince et affecte trois millions et demi de personnes. Cet événement constitue une crise majeure dans le parcours des parents français ayant, à l’époque, entrepris les démarches pour adopter un enfant né en Haïti. À la suite à la mobilisation de collectifs de parents, le gouvernement français décide fin janvier le transfert d’enfants pour lesquels un jugement d’adoption était prononcé. Les parents adoptants rencontrent alors pour la première fois leur enfant aux aéroports d’Orly et de Roissy, sous le regard des journalistes et des politiques. Grâce à une étude qualitative de type phénoménologique, nous avons exploré, six ans après, les représentations que les parents adoptifs ont construites autour des premières rencontres avec leur enfant et proposé des recommandations en cas de nouvelle catastrophe naturelle. À notre connaissance, aucune recherche équivalente n’a été menée sur le sujet. Conformément à la législation internationale, l’adoption ne peut pas être une réponse à l’urgence. La préparation de l’enfant et du (ou des) parent(s) adoptant(s) est primordiale pour éviter un traumatisme surajouté. Ces adoptions marquées par le séisme incitent à penser de manière plus fine les difficultés auxquelles sont confrontés les parents adoptants, et donc l’ensemble des questions filiatives.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-03944313 , version 1 (18-01-2023)

Identifiants

Citer

Anaelle Klein, Pauline Lefebvre, Laelia Benoit, Aurélie Harf, Thierry Baubet. D’un tremblement à l’autre, l’adoption au risque du séisme. Étude qualitative des représentations des parents français ayant adopté en 2010 un enfant né en Haïti. La psychiatrie de l'enfant, 2019, Vol. 62 (1), pp.79-116. ⟨10.3917/psye.621.0079⟩. ⟨hal-03944313⟩
0 Consultations
0 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More