Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Nouvelle interface
Article dans une revue

Le pouvoir désaliénant de la rencontre avec l’œuvre d’art

Résumé : La langue est un lieu d’accueil pour l’expérience. Or, quand la langue devient un lieu inhospitalier, quand les mots n’ont plus de sens à donner à cet accident dont nous sommes obligés de devenir l’âme, alors à cet instant précis émerge l’unheimlich. Milan Kundera revient sur une expérience dénuée de sens vécue à Prague en 1972 au moment où le régime de l’époque avait fait de la langue un lieu d’interrogatoire et une terre de délation. C’est à travers le geste brutal du peintre et dans la rencontre avec les portraits de Francis Bacon quelques années plus tard que cet instant d’incompréhension devient répétition traumatique vouée à l’écriture. Partant de la question que S. Freud pose face à Moïse de Michel-Ange : « qu’est ce qui nous empoigne si puissamment face à l’œuvre d’art ? » nous allons suivre la plume de Milan Kundera sur le chemin d’une désaliénation allant du geste brutal du peintre au geste de l’écriture qui dialogue avec la rumeur du temps.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris13.archives-ouvertes.fr/hal-03868054
Contributeur : Angélique Christaki Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : mercredi 23 novembre 2022 - 16:04:25
Dernière modification le : vendredi 25 novembre 2022 - 03:46:52

Identifiants

Citation

Angélique Christaki. Le pouvoir désaliénant de la rencontre avec l’œuvre d’art. Topique - Revue freudienne, 2019, n° 146 (2), pp.35-44. ⟨10.3917/top.146.0035⟩. ⟨hal-03868054⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

0