Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Chapitre d'ouvrage

Ecrire entre les “lignes rouges”. L’espace de la presse électronique au Maroc et ses enjeux

Résumé : L'émergence des sites d'information en ligne a profondément bouleversé à la fois l'offre d'informations et les pratiques de consommation des médias au Maroc 1. Cette étude de cas est probablement un bon exemple pour saisir les nouveaux enjeux autour du contrôle de l'information dans les espaces nationaux qui, pendant plusieurs décennies, se caractérisaient, d'une part, par une offre en grande partie restreinte aux seules organisations de l'espace politique et journalistique autorisé et, d'autre part, par une « demande » réduite, du fait de l'importance de l'analphabétisme. En effet, les fractions dominantes du champ du pouvoir marocain ont, tout d'abord, fait en sorte depuis 1956 de restreindre socialement le public potentiel de la presse écrite. Il s'agissait de contribuer, dans le prolongement de la colonisation, à leur reproduction sociale par des politiques d'éducation en faveur des seules fractions francophones. C'est pourquoi, même s'il est en diminution constante depuis plusieurs décennies, le taux d'analphabétisme demeure encore considérable au Maroc (32% en 2014 contre 43% en 2004 et 87% en 1960), tout particulièrement chez les femmes (42% contre 22% pour les hommes) et dans les zones rurales 2. Par comparaison, ce taux s'élevait à 18,8% en Tunisie en 2014 (contre 23,3% en 2004) et à 15% en Algérie. 45% de la population marocaine âgée de 25 ans et plus ne dispose en 2014 d'aucun niveau d'instruction. Du coup, la lecture (quel que soit le support : livres, journaux, etc.) ne représentait encore en 2011/2012 que 2 minutes par jour pour la population âgée de 15 ans et plus. La lecture de la presse papier payante, qui a par ailleurs fortement chuté (250 296 exemplaires en 2009 à 175 760 en 2014) 3 , concerne toujours et quasi exclusivement les fractions urbaines de l'espace social les plus dotées en capital économique et culturel, qui se concentrent en grande partie entre la région de Rabat-Salé-Kénitra et celle du Grand Casablanca-Settat. Cependant, ces pratiques de consommation médiatique ont été profondément affectées par le développement d'internet dans un pays où le taux de pénétration dans la population s'élève à 63,7% en 2017 4. Par exemple, le « mouvement du 20 février » en 2011 et les émeutes (Hirak) 1 Ce texte est tiré d'une enquête en cours menée depuis 2015 avec Driss Ksikes, notamment par entretiens (n=31) qui ont été réalisés avec lui entre 2015 et 2017. Des responsables des principaux supports de la presse papier et électronique et des journalistes ayant travaillé dans plusieurs supports structurant ou ayant structuré fortement l'espace journalistique depuis les années 1980 et 1990 ont été interrogés. Ils sont cités ici a minima pour des raisons liées au court format de cette contribution. Cette recherche est financée dans le cadre d'un projet avec le Labex ICCA (Paris) et le CESEM, centre de recherche de HEM (Rabat).
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [25 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-univ-paris13.archives-ouvertes.fr/hal-02109002
Contributeur : Abdelfettah Benchenna <>
Soumis le : lundi 25 novembre 2019 - 16:23:05
Dernière modification le : samedi 15 février 2020 - 02:00:03
Document(s) archivé(s) le : mercredi 26 février 2020 - 18:48:48

Fichier

BenchennaMarchettider30112018....
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-02109002, version 1

Citation

Abdelfettah Benchenna, Dominique Marchetti. Ecrire entre les “lignes rouges”. L’espace de la presse électronique au Maroc et ses enjeux. in Bruno Péquignot (dir.),. Les industries culturelles et créatives dans la mondialisation, L'Harmattan, p. 33-58, 2019, coll. « Questions contemporaines », série « Les Jeudis de L’Harmattan », 978-2343167541. ⟨hal-02109002⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

286

Téléchargements de fichiers

68