La boîte à jouer, un terrain et un cadre d'expériences ludiques

Résumé : Cette communication se propose de présenter des analyses issues d’une recherche réalisée dans le cadre d’un projet Erasmus+ sur la Boite à jouer. La Boite à jouer est un dispositif ludique inspiré des Playpod anglo-saxon qui consiste à mettre à disposition des enfants des objets ou matériaux issus du recyclage dans la cour d’école pendant la pause méridienne. De toutes formes (tuyaux, roues, toiles, plaques, etc.) et de matériaux divers (carton, plastique, mousse, corde, etc.) ces supports sont mis à disposition des enfants sous le regard des animateurs mais sans autre consigne que celle de ne pas faire mal ou de se faire mal. La recherche a porté sur l’ensemble du dispositif qui a été suivi en amont et pendant les quatre mois de fonctionnement sur une école et un centre de loisir. Les matériaux recueillis comportent ainsi une soixantaine d’observations (de 1h30 à 4h) fixées par des photos et des vidéos, mais aussi des entretiens collectifs avec les enfants (n=17) et avec les équipes d’encadrement (n=7). On dispose ainsi d’une enquête de terrain détaillée et fournie qui permet de saisir à la fois la dynamique et les détails de la construction des pratiques enfantines mais aussi de celles des adultes plus ou moins impliqués dans le dispositif. Si une partie des analyses vise à saisir le dispositif du côté des animateurs et de leur professionnalité en lien avec ce champ particulier des playworkers anglo-saxons, c’est en restant strictement du côté des enfants que cette communication abordera les pratiques comme espace d’apprentissage. La Boite à jouer se révèle en effet comme un cadre d’expérience qui peut être analysé selon plusieurs registres. En premier lieu, de par les intentions et les principes de liberté et de frivolité, il s'agit d'une expérience dans un contexte où les accueils collectifs d’enfants sont habituellement guidés et encadrés par des intentions éducatives. En second lieu, ces modalités d’accueil se révèlent constituer un cadre particulièrement propice à l’expérience ludique des enfants qui peut être saisie dans sa diversité et sa forme dynamique. L’analyse des pratiques de jeu à un âge où celui-ci est souvent perçu en termes de déclin, permet de saisir derrière le bricolage, toute la complexité de l'élaboration de règles partagées, mais aussi d'un sens commun ou encore d’interactions sociales. Le jeu est ici interrogé comme un apprentissage qui court tout au long de la vie et rejoignent les analyses sur l’étendue des pratiques ludiques. En troisième lieu, le principe même du jeu implique une superposition des cadres d'expériences qui nous conduit à penser la Boite à jouer comme un espace d’expérience de ce à quoi on joue. Parce que jouer est toujours simultanément faire semblant et faire, les pratiques observées sont elles-mêmes un cadre d’expérience qui renvoie à la construction, à l’adresse, à l’esthétique, mais aussi aux interactions sociales. On montrera plus précisément ce qui se joue en termes de gestion et d’appropriation du fait de l’importance que prennent les objets et les espaces de la cour dans ce dispositif.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [12 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-univ-paris13.archives-ouvertes.fr/hal-01695423
Contributeur : Marie Quadrini <>
Soumis le : lundi 29 janvier 2018 - 12:29:00
Dernière modification le : mercredi 20 novembre 2019 - 02:21:50

Identifiants

  • HAL Id : hal-01695423, version 1

Citation

Nathalie Roucous, Baptiste Besse-Patin, Véronique Claude. La boîte à jouer, un terrain et un cadre d'expériences ludiques. Pratiques sociales et apprentissages, Jun 2017, Saint-Denis, France. ⟨hal-01695423⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

270

Téléchargements de fichiers

706