Apprendre à jouer à un jeu d’argent : comparaison entre les processus de socialisation des joueurs de poker en France et des parieurs sportifs en Italie

Résumé : En France comme en Italie, la pratique des jeux d’argent et des paris sportifs ne cesse de se développer depuis une vingtaine d’années (notamment avec l’essor des jeux en ligne), ce qui suscite souvent l’inquiétude des observateurs. La plupart des recherches sur les jeux d’argent se focalisent ainsi sur les problèmes psychologiques, sanitaires et sociaux liés à la dépendance au jeu. Pour notre part, nous proposons de sortir du prisme de l’addiction pour étudier les jeux d’argent comme une « pratique ludique » qui, certes, comporte des risques mais peut aussi procurer du plaisir et donner lieu à un apprentissage. En nous intéressant plus particulièrement aux processus de socialisation des joueurs, nous soulevons la question suivante : comment apprend-on à jouer à un jeu d’argent ? Dans le cadre de cet article, nous comparerons les résultats de deux enquêtes de terrain que nous avons réalisées, d’une part, auprès des joueurs de poker en France et, d’autre part, des parieurs sportifs en Italie. Au-delà des spécificités de chaque pratique et du contexte dans lequel elle s’inscrit, la comparaison se justifie dans la mesure où ces deux populations ont des caractéristiques communes, les joueurs de poker et les parieurs sportifs étant notamment plus jeunes que la moyenne des joueurs d’argent, sans compter que certains joueurs de poker sont également parieurs sportifs. On pourrait alors supposer qu’ils entretiennent un rapport similaire à la pratique des jeux d’argent, ce qui se vérifie en partie. Pourtant, les modes de socialisation des joueurs de poker et des parieurs sportifs sont très contrastés, les uns ayant pour la plupart découvert le poker en jouant dans leur cercle d’amis, quand les autres ont bien souvent été initiés aux paris sportifs en famille, généralement par leur père. L’opposition qui se dégage de cette comparaison – « socialisation entre pairs » vs « socialisation par le père » – mérite que l’on approfondisse l’analyse, d’autant que ces deux modes de socialisation ont nécessairement des effets sur le processus d’apprentissage du jeu lui-même. À partir des résultats de ces deux enquêtes, nous chercherons à analyser la façon dont les joueurs de poker et les parieurs sportifs ont découvert ces jeux d’argent avant de chercher à savoir comment ils ont appris à jouer le jeu. Malgré des modes de socialisation différents, nous constaterons finalement que ces deux pratiques relèvent d’une même « forme ludique de la socialisation », voire d’une même « communauté de pratiques », au sens où il s’agit toujours de prendre part à une sociabilité centrée sur la pratique d’un jeu. Pour conclure, nous nous appuierons sur un « cas négatif » – la « socialisation inversée » – afin de mieux saisir les processus de socialisation qui sous-tendent l’apprentissage de ces jeux.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [10 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-univ-paris13.archives-ouvertes.fr/hal-01692172
Contributeur : Marie Quadrini <>
Soumis le : mercredi 24 janvier 2018 - 17:29:49
Dernière modification le : mercredi 17 juillet 2019 - 02:44:41
Document(s) archivé(s) le : jeudi 24 mai 2018 - 20:12:45

Fichier

BRODY_DAGATI_Prasoa.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01692172, version 1

Citation

Aymeric Brody, Marina D 'Agati. Apprendre à jouer à un jeu d’argent : comparaison entre les processus de socialisation des joueurs de poker en France et des parieurs sportifs en Italie. Pratiques sociales et apprentissages, Jun 2017, Saint-Denis, France. ⟨hal-01692172⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

220

Téléchargements de fichiers

267