L'éducation des corps à la lumière des rééducations, ou la santé dans la socialisation

Résumé : Les rééducations physiques constituent un cas privilégié pour l'étude des apprentissages du corps, qu'elles permettent d'inscrire à la fois dans une expérience de la santé et dans des modèles sociaux. S'établissent en effet dans ces rééducations des rapports de longue durée entre les médecins et les patients, entre ces patients et leurs propres capacités, entre la société, ces médecins et ces patients. En effet, ce n'est pas seulement la santé, synonyme de maintien en vie ou de la mort qui s'approche qui est l'enjeu des rééducations, mais les aptitudes des personnes, leur capacité à agir de manière plus ou moins autonome sur fond d'incurabilité. Dès lors, les lectures seulement physiologiques ou biologiques des corps ne suffisent plus. Il faut comprendre au long cours les actes et les manières d'agir pour construire les traitements, sélectionner aussi les aptitudes qui peuvent avoir le plus de valeur. Dans tous les rapports soignants-malade qui se tissent le long des jours, un accompagnement, une compréhension sont ainsi nécessaires au sein de tout un jeu de normes médicales et sociales : se jouent là des problèmes clefs pour les pratiques de l'éducation thérapeutique. Que peut faire quelqu'un, que doit-il faire, comment s'en assurer ? Triple difficulté au moins, intersubjective, environnementale et sociale qu'il faut examiner précisément: difficulté de la place des volontés dans les actes, de ce qu'il est possible d'en dire pour les patients comme pour les médecins tandis que la volonté est à la fois invisible, insuffisante et indispensable ; difficulté de la détermination des aptitudes à reconquérir, au vu de l'infinité des combinatoires possibles, mais aussi de la singularité des personnes dont les vies et les apprentissages antérieurs ont pu être bouleversés par leur pathologie ; difficulté des choix existentiels à faire, rendus plus que jamais incertains par l'exposition à une fragilité définitive, particulière et angoissante dans des environnements sociaux qui sont plus ou moins ouverts. Convaincre par la parole, agir, tenter, modéliser, laisser le malade à son mystère, le percer à jour, faire jouer les collectifs, se tenir en marge des choix quotidiens, co-organiser tout un mode de vie... Les questions que se posent les rééducateurs sont aussi celles que se posent tout soignant dans des traitements de longue durée qui impliquent une activité complexe des patients : quelle est la vérité de ce qui se dit face à ce qui se passe ? Que peut-on essayer avec les malades, dans et au dehors des institutions ? Les réactions des malades se jouent-elles seulement sur un terrain médical ? Jusqu'où vont les libertés dans les systèmes médico-sociaux qui sont les nôtres ? En défendant le rôle des discours, de la liberté d'expérimenter et des luttes avec les handicaps qui impliquent des choix existentiels et pas seulement vitaux ou fonctionnels, c'est ce que nous voudrions étudier au travers de cas précis sur la rééducation des tabétiques, mutilés de guerre, polios et blessés médullaires.
Type de document :
Communication dans un congrès
Pratiques sociales et apprentissages, Jun 2017, Saint-Denis, France. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [9 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-univ-paris13.archives-ouvertes.fr/hal-01651665
Contributeur : Karim Boualem <>
Soumis le : mercredi 29 novembre 2017 - 12:25:29
Dernière modification le : vendredi 1 décembre 2017 - 01:25:22

Fichiers

ZYGART Texte prasoa.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01651665, version 1

Citation

Stéphane Zygart. L'éducation des corps à la lumière des rééducations, ou la santé dans la socialisation. Pratiques sociales et apprentissages, Jun 2017, Saint-Denis, France. 2017. 〈hal-01651665〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

19

Téléchargements de fichiers

5