Le coût de la santé publique: le cas des hôpitaux militaires français aux XVIIe et XVIIIe siècles

Résumé : Si le souci de conserver les troupes en bonne santé est très ancien, si dès la fin du XIIIe siècle les souverains français ont cherché des solutions pour soigner les blessés lors des conflits mais aussi pour surveiller leur état physique en temps de paix ou accueillir les soldats trop âgés ou trop mutilés pour continuer le service, c'est à partir du règne de Louis XIV que s'ébauchèrent des solutions pérennes, adaptées à des armées devenues permanentes et dont les effectifs ne cessaient d'augmenter. Ainsi, la création d'un réseau d'hôpitaux militaires permanents, ébauchée sous le règne de Louis XIII avec l'installation des hôpitaux de Calais, Pignerol et Brouage, s'accéléra-t-elle sous le règne de Louis XIV. Les années 1670-1695 virent l'édification par Vauban d'un hôpital dans chaque place-forte de la " ceinture de fer " qu'il élevait aux marges du royaume, et dans les grandes villes frontalières comme Strasbourg, dont il restructurait les fortifications ; elles furent également marquées par l'aménagement d'hôpitaux maritimes dans les ports où mouillaient les escadres royales. Les tentatives des monarques précédents avaient toutes buté sur la difficulté de financer durablement des projets d'envergure, un problème récurrent que connaissaient aussi les fondations charitables laïques. La solution alors mise en place par le roi Louis XIV, qui associait plusieurs bailleurs et prévoyait la constitution d'un revenu régulier prélevé en partie sur les dépenses de l'Etat, permit de bâtir l'Hôtel royal des Invalides -à la fois hôpital et maison de retraite pour les " anciens soldats "-, puis d'en assurer le fonctionnement. Ce mode de financement mixte, associant en général l'Etat royal aux villes, devint la règle pour les constructions ultérieures. Cependant, l'étude des comptes conservés dans les archives des hôpitaux militaires du royaume montre qu'aux coûts de construction -presque toujours dépassés- s'ajoutaient des coûts de fonctionnement élevés, qui obligèrent lesdits hôpitaux à ajuster constamment l'aménagement des locaux, les thérapeutiques et les services d'hôtellerie qu'ils offraient à leurs disponibilités financières. La présente communication se propose, en privilégiant l'exemple de deux institutions sanitaires de taille similaire mais situées dans deux régions différentes -l'Hôtel royal des Invalides à Paris, l'hôpital militaire de Strasbourg-, de tenter une évaluation du coût de la santé des militaires traités en milieu hospitalier dans la France moderne
Type de document :
Communication dans un congrès
Social Science History Association. Histories of capitalism, Nov 2012, Vancouver, Canada
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [1 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-univ-paris13.archives-ouvertes.fr/hal-01002978
Contributeur : Elisabeth Belmas <>
Soumis le : samedi 7 juin 2014 - 23:16:15
Dernière modification le : lundi 4 décembre 2017 - 10:36:44
Document(s) archivé(s) le : dimanche 7 septembre 2014 - 10:51:54

Fichiers

Le_coA_t_de_la_santA_publique....
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01002978, version 1

Citation

Elisabeth Belmas. Le coût de la santé publique: le cas des hôpitaux militaires français aux XVIIe et XVIIIe siècles. Social Science History Association. Histories of capitalism, Nov 2012, Vancouver, Canada. 〈hal-01002978〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

280

Téléchargements de fichiers

515