Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation

Actes de la journée d’étude Quelles recherches sur le doctorat ? Université Paris 13 – Ecole doctorale Erasme (7 décembre 2018)

Sous la direction de Carmen María Sánchez Caro et Gilles Brougère

 

Cette journée d’étude avait comme objectif d’explorer les recherches sur le doctorat en invitant les intervenants à utiliser les outils théoriques, méthodologiques, épistémologiques et interprétatifs mobilisés dans le cadre de leurs recherches ou de leur discipline pour analyser un ou plusieurs aspects du doctorat et des pratiques doctorales.

En effet il convient de constater la faiblesse de la recherche sur le doctorat en France (et ailleurs) surtout si l’on va au cœur du doctorat, au-delà des questions d’emploi ou de dispositifs de formation. De quoi s’agit-il ? Quelles expériences ? Quels apprentissages ?

Comment s’articulent la dimension d’expérience professionnelle (mise en avant de façon parfois plus militante que réfléchie) et la dimension formation. Comment et à quelles conditions une expérience professionnelle est-elle formatrice mais réciproquement à quelles conditions une formation peut-elle être une réelle expérience professionnelle ? Comment un·e doctorant·e se positionne face à ces deux dimensions pour aller au-delà de discours simplistes ? Sans doute faut-il accepter la complexité de la situation.

On peut noter que la recherche dans ce domaine rencontre des difficultés du fait que les chercheurs sont doctorants, docteurs ou encadrants, totalement impliqués. Cela conduit au fait que les témoignages ou les prescriptions l’emportent largement, ce qui ne signifie pas que cela manque pour autant d’intérêt. L’implication est inévitable, il ne peut y avoir en ce domaine de recherche totalement distanciée, mais il faut construire cette distance, ne pas se situer comme (futur) docteur, mais comme chercheur, c’est-à-dire appliquer ses outils  en particulier théoriques mais aussi méthodologiques

Ces constatations sont à l’origine de cette journée d’étude qui invite à se situer face au doctorat comme un chercheur en utilisant les outils de sa recherche ou de sa discipline pour créer une distance à l’objet.  A défaut de disposer d’un large éventail de recherches dans le domaine, inviter les chercheurs impliqués à utiliser leurs démarches scientifiques usuelles pour a minima proposer des recherches exploratoires sur le domaine.